Quels outils ?

Il existe divers types de systèmes et d’outils destinés à l’irrigation des aménagements paysagers extérieurs (p.ex., capteurs de pluie, minuterie, programmeur intelligent). Afin de faire un choix judicieux, une évaluation précise des besoins par un professionnel de l’irrigation, si nécessaire, est tout indiquée. En choisissant la bonne méthode pour votre type d’aménagement, la pénétration de l’eau sera plus efficace et vous aurez moins de perte.

Peu importe la méthode que vous aurez choisie, l’efficacité réelle dépendra toujours du respect des besoins en eau des végétaux et de vos bonnes pratiques d’arrosage.

 

Bon à savoir !

Pour les potagers, les platesbandes de fleurs vivaces et d’arbustes et sous les haies et les arbres, les systèmes d’irrigation localisés comme la microirrigation, le goutteàgoutte ou les tuyaux suintants sont très efficaces, tout en limitant les pertes d’eau.

Pour la pelouse, les asperseurs souterrains situés aux endroits stratégiques demeurent les plus efficaces. 

Pour le jardinage en contenant, les arrosages manuels à l’aide d’asperseurs appropriés sont recommandés, mais les systèmes de goutte-à-goutte sont également indiqués.

Type d’aménagement
Système d’irrigation recommandé
Potager
Plate‑bande de fleurs vivaces et d’arbustes
Sous les haies et les arbres
Système d’irrigation localisée : micro‑irrigation, goutte‑à‑goutte et tuyaux suintants.
Pelouse
Asperseurs souterrains situés aux endroits stratégiques
Contenant
Arrosage manuel à l’aide d’asperseurs appropriés
Goutte‑à‑goutte

Les différents systèmes

Pour une irrigation manuelle optimale, utilisez un boyau de bonne qualité muni d’une lance ou d’un pistolet déclencheur. Repassez deux ou trois fois en laissant pénétrer l’eau dans le sol entre chaque opération, afin d’éviter la formation de flaques d’eau et le ruissellement. Les arrosages manuels (au boyau ou à l’arrosoir) permettent de cibler les arrosages selon le besoin de chaque plante. Autant que possible, évitez d’arroser le feuillage, mais plutôt le sol au pied des plants.

 

L’arrosage manuel à l’aide d’un boyau de caoutchouc (plus résistant que le plastique) muni d’un asperseur ou d’un arrosoir à main est une technique très intéressante pour la culture en contenant et les petites et moyennes surfaces. Cette méthode économique, écologique et accessible à tous permet d’arroser directement le sol, d’apporter juste l’eau nécessaire, sans perte, d’examiner les plantes et de faire des arrosages ciblés selon les besoins de chacune.

 

Les arrosoirs à becs fins et étroits permettent d’arroser plus facilement directement au sol sans toucher le feuillage. Ils sont préférables aux buses à jet de pluie.

 

Les pistolets d’arrosage multijets et les lances munies d’un déclencheur qui bloque rapidement la sortie d’eau, lorsque le déclencheur n’est pas activé manuellement, sont recommandés pour éviter le gaspillage d’eau.

Les asperseurs ne devraient être utilisés que pour faire l’arrosage des pelouses et ce, seulement aux moments critiques (nouvelle plantation, sécheresse prolongée, etc.). Malheureusement, dû au type de jet, une partie de l’eau est souvent perdue par évaporation ou par le vent. Si vous choisissez ce type d’irrigation, disposez les asperseurs avec soin pour transmettre l’eau là où il en faut et pour qu’ils n’arrosent pas les endroits qui ne nécessitent pas d’irrigation (trottoirs, platesbandes, surfaces inertes, chemins, etc.). Vous pouvez aussi opter pour des asperseurs reconnus pour résister au vent ou arrosant le plus près du sol possible, afin de réduire le gaspillage d’eau par le vent et l’évaporation.

La microirrigation comprend des techniques comme le goutteàgoutte et les tuyaux suintants. Elle est particulièrement utile pour les végétaux nécessitant un apport régulier en eau, comme les plantes en phase d’établissement ou plusieurs plantes annuelles et potagères gourmandes en eau. Lors de l’installation de ce type de système, disposezle de sorte que seules les plantes qui en ont besoin soient irriguées et utilisez des systèmes des débits en fonction des besoins des différentes plantes irriguées et de leur stade de croissance. Vous pouvez aussi recouvrir les tuyaux d’irrigation (p. ex. avec du paillis) pour limiter les pertes d’eau par évaporation. Dans tous les cas, contrôlez le démarrage du système de façon à ne pas dépasser les besoins réels des plantes, qui varient dans le temps, selon la météo et les espèces.

 

Astuce !

Le pluviomètre placé au bon endroit permet de connaître la quantité d’eau reçue par les végétaux lors des pluies ou de l’irrigation. Pour mesurer adéquatement la quantité d’eau reçue, l’équipement doit être placé loin de tout obstacle (feuillages, arbres, avancée de toit, etc..

Entretien des outils

Qu’elles soient manuelles ou automatiques, les méthodes d’arrosage et les buses des systèmes d’irrigation doivent être ajustées régulièrement en fonction des besoins de chaque zone et de la croissance des végétaux, et cela afin d’éviter l’écoulement et le gaspillage de l’eau potable et d’accroître l’efficacité de l’arrosage. L’entretien des outils d’irrigation est également essentiel pour leur assurer une bonne durée de vie et pour détecter et réparer rapidement les bris et les fuites.